LSM Newswire

Tuesday, March 3, 2009

André Laplante, Chopin: Sonate No.2 , Fantaisie, Mazurkas et Nocturnes

Chopin : Sonate no 2, Fantaisie, mazurkas et nocturnes

AN 2 9964

 

Montréal, le 3 mars 2009 ―  Virtuose reconnu du grand répertoire romantique, le pianiste André Laplante retrouve Chopin, compositeur emblématique de l'époque, dans ce nouvel enregistrement Analekta.

Pour Chopin, la musique demeure essentiellement un langage, capable de tout exprimer : pensées, sentiments, sensations. « Il épanche son âme dans ses compositions comme d'autres l'épanchent dans la prière : y versant toutes ces effusions du cœur, ces tristesses inexprimées, ces regrets indicibles  », évoque Franz Liszt. Cette poésie s'intègre avec naturel au jeu, le piano perdant tout statut d'instrument de percussion pour devenir pur chant. Émotif, passionné, l'essence même de l'artiste romantique, Chopin transcende ses interrogations et repousse les limites des genres musicaux qu'il aborde, aussi bien dans ses nocturnes que ses trois dernières mazurkas, véritable journal intime du compositeur.

 

Véritable chef-d'œuvre pianistique, la Sonate opus 35 déconcerta ses contemporains à plusieurs égards. Pourtant, le déroulement de la pensée musicale s'y révèle d'une implacable logique, les quatre mouvements étant tirés d'une même trame expressive, notamment la célèbre marche funèbre, jouée pour la première fois devant public aux obsèques du musicien.  La Fantaisie en fa mineur prolonge à plusieurs niveaux l'atmosphère de la Sonate. Dans ces pages magnifiques et graves, Chopin expérimente avec les tonalités et les atmosphères, du solennel à l'exaltation, en passant par le lyrisme presque opératique.

 

André Laplante a retenu l'attention internationale après avoir remporté des prix aux concours internationaux de Genève et Sydney ainsi que la médaille d'argent du Concours international Tchaïkovski à Moscou. Les critiques l'ont comparé à Ashkenazy, Horowitz et Rudolf Serkin, le rangeant dans le cercle restreint des pianistes virtuoses qui osent prendre des risques. Récipiendaire d'un Juno et de nombreux Prix Opus, il a réalisé des albums consacrés à Liszt, Ravel, Rachmaninov et Brahms. Ce dernier a été salué en 2008 par le magazine Gramophone, qui le comparait avantageusement aux meilleures parutions de Michelangeli et Richter.

 

www.analekta.com

Labels: , , ,

0 Comments:

Post a Comment

Subscribe to Post Comments [Atom]



<$I18N$LinksToThisPost>:

Create a Link

<< Home