LSM Newswire

Monday, September 21, 2009

ExCentris Programmation 2009 - 2010

Montréal — En plein coeur de Montréal, juste entre l'est et l'ouest, le nord et le sud, tel un X marquant le centre psychologique de l'île, le complexe multimédia renferme manifestement un trésor, il n'y a qu'à l'investir totalement afin qu'il se découvre à vous dans toute sa splendeur.

L'investir d'une nouvelle mission pour que ses portes immenses ne soient plus assez grandes pour y accueillir les Montréalais, les enracinés et ceux de passage, pour voir et entendre les jeunes poètes comme les rock-stars, les divas comme les virtuoses avec leurs violons, leurs lumières, leurs boutons, leurs micros, leurs chansons, leurs films et leurs histoires racontées avec tous les langages sur les scènes mobiles des salles intimistes, aussi vivantes que le ventre des baleines avec leurs fils et leurs techniques particulières qui font qu'un soir, le public peut se retrouver dans un vaisseau spatial et le lendemain, dans la barque de Fellini, vous savez, celle où le rhinocéros sait très bien où il s'en va, E la nave va…

Cette nouvelle mission d'eXcentris est simple. Offrir un laboratoire en direct aux artistes afin de promouvoir l'émergence et provoquer l'innovation et les rencontres inusitées entre les genres, les médias et les styles, dans un environnement convivial. Autrement dit, devenir un centre de diffusion des arts de la scène en privilégiant la relève dans tous les domaines, surtout celui de la musique, cet art « qui est le premier à souffrir de la transition numérique », pour citer le mécène.

Chez eXcentris, de la musique classique à l'électro, en passant par la danse et le théâtre, les arts visuels et numériques, le jazz/folk/prog/rock, sans oublier le fusion/trad/ambiant, bref, peu importe l'appellation, la seule étiquette est l'absence de formule ou plutôt une formule qui s'éclate, autour du Hall rénové en restaurant-bar.

Dans l'esprit des cabarets, où il est possible de manger, boire et se divertir dans un même lieu à bon prix, il y a le Joe's Pub, le Poisson Rouge et le City Winery qui vient d'ouvrir à New York, et le King's Place à Londres. L'idée fondamentale, malgré les différences de grandeurs entre ces lieux, c'est de rassembler sous un même toit le public et les artistes, dans une ambiance d'échanges et de découvertes qui fait appel à tous les sens.
— Audrey Benoît, directrice générale

Programmation de réouverture

Côté pop, les nouvelles activités d'eXcentris ouvrent avec le lancement, le 23 septembre, de l'album tout en innu de Chloé Sainte-Marie et les deux premières semaines de programmation s'enflamment avec Samian & Anodajay, le 3 octobre prochain.

Pour l'automne, la moitié des spectacles sont offerts par des artistes de la relève, tels les coups de cœur des deux premières semaines : Joseph Edgar, un Acadien qui fait du rock aux accents cajun et Éric Bélanger, auteur-compositeur-interprète que Monique Giroux compare à un jeune Claude Léveillée. Plus tard en novembre, la voix unique d'une Québécoise aux origines texanes, Emilie Clepper, ou les projections électro de The Tanuki Project risquent d'en enchanter plusieurs dans la versatile salle Fellini.

Les grands de la chanson sont aussi au rendez-vous, pour des concerts intimes, telle Renée Martel le 3 octobre, ou Dick Rivers, Louise Forestier et Laurence Jalbert plus tard cet automne.

Le premier spectacle dans la nouvelle salle Cassavetes, le 23 septembre, est celui de Jay Jay Johanson, qui promet des retrouvailles ardentes avec son public montréalais. En plus du sensuel suédois, le fameux Gonzales, parisien d'adoption (26 septembre), et les torontois Fritz Helder & The Phantoms, groupe pop-punk-couture présenté dans le cadre de Pop Montréal (2 octobre), prendront aussi la route pour venir célébrer la réouverture d'eXcentris.

Tout comme Sayari – Roots of Gypsy. Ce groupe de musiciens gitans du Rajasthan, au nord de l'Inde, berceau de cette culture qui est autant un mode qu'un art de vivre, avec leur musique, leurs chants et leurs danses, lancent la série des musiques du monde les 30 septembre, 1er et 2 octobre prochains. Ensuite, il y aura Paul Kunigis, les Diouf, Manu Atna NJock, Carlos Placeres, et Papa Groove, entre autres.

Ces deux premières semaines inaugurent aussi la Cassavetes version salle de concert classique avec nul autre que le légendaire pianiste Leon Fleisher pour ouvrir la série des grands concerts Steinway, les 25 & 26 septembre, sur le piano de Chevy Chase, complètement reconstruit pour eXcentris. Le public pourra converser avec Monsieur Fleisher le 26 septembre à midi, après la projection du documentaire Two Hands – The Leon Fleisher Story. Le 4 octobre, Daniel Taylor clôture en voix la réouverture de la Cassavetes avec Suzie Leblanc, dans le premier acte de l'opéra de Purcell: Didon et Énée.

Le théâtre sera celui de Pol Pelletier, dans Une Contrée sauvage appelée Courage, le 24 septembre. Avec son personnage de RAMIE, Royale Artiste Mendiante Itinérante Extatique, elle redonne vie à des textes, chants et danses méconnus, tirés des répertoires québécois, européen et des autres Amériques, celles des Noirs-Américains, des Amérindiens et des Latino-Américains. Accompagnée de la talentueuse accordéoniste Mélanie Bergeron, Pol Pelletier nous fait aussi découvrir ou redécouvrir Les Vaches de nuit, de Jovette Marchessault et Elégie au génocide des nasopodes, de Michel Garneau.

Programmation 2009-2010

À retenir cet automne, sur le grand piano Steinway, la présence de Marianne Trudel en duo avec Lévy Bourbonnais, Christopher O'Riley, Louise Bessette et son magnifique Les carillons éternels, ainsi que Monsieur Kent Nagano, pour une soirée toute en musique et conversation.

Les cordes seront aussi à l'honneur avec le violoncelliste Matt Haimovitz, la violoniste Angèle Dubeau, Mark O'Connor, Alexandre Da Costa, et les principaux musiciens de l'OSM. Pour les découvertes de nouveaux virtuoses, eXcentris est fier de s'associer au Itzhak Perlman Music Program, pour présenter une série mettant en vedettes les élèves du maître.

La relève d'ici est campée par le quartet Cecilia, artistes de l'année pour le 50e anniversaire des Jeunesses musicales et Chœur de Métal, des cuivres antiphonaux dans le Hall, entre autres. Façon plus expérimentale, deux improvisations en direct sur deux films muets ; Nosferatu à l'Halloween avec DJ Olive, turntablist de New York, et Red Heroine, le seul film muet de Kung Fu chinois, accompagné par l'ensemble Devil Music de Boston.

Au printemps 2010, le quartet de saxophones Quasar et l'ECM, sous la direction de Véronique Lacroix, promettent de vous en mettre plein les oreilles.

À surveiller pour des moments de pur bonheur cet automne, le Festival du nouveau cinéma ; Sylvie Paquette et Monsieur Mono, dans une série de trois spectacles, chacun en solo, puis en duo ; Tomas Jensen dans un autre genre : « Hombre » ; le spectacle lancement de Fredric Gary Comeau et Catherine Durand dans le cadre de Coup de cœur francophone, Jérôme Minière, Michel Faubert, Yves Desrosiers, Ian Kelly et l'extraordinaire Fred Fortin.

En 2010, eXcentris présentera la rentrée montréalaise de Chloé Sainte-Marie dans une mise en scène de Brigitte Haentjens ; une création de Dance-Cité avec la danseuse Sarah Williams ; les films de Festivalissimo ; et les productions Ondinnok dans une oeuvre hors du temps, en collaboration avec le El Baile Danza Rabinal Achi du Guatemala, les héritiers du drame précolombien Rabinal Achi : « Ses racines plongent jusque dans l'origine du peuplement des Amériques. Il s'agit d'une souvenance mythique, celle d'être issu d'un même tronc, une intuition partagée par les mythes et les prophéties à la fois par les Amérindiens du Nord et du Sud. Une démarche commune de création (…) qui déjoue les frontières culturelles et physiques entre les peuples autochtones des Amériques. Ce projet propose une théâtralité inédite, aux codes méconnus en occident. » — Yves Sioui Durand.

Labels:

0 Comments:

Post a Comment

Subscribe to Post Comments [Atom]



<$I18N$LinksToThisPost>:

Create a Link

<< Home