LSM Newswire

Tuesday, December 1, 2009

Gala de l'Opéra de Montréal

La 30e saison 09/10
30 ANS ET LE MÊME ENCHANTEMENT !


LE GALA, 14e Édition
Événement-bénéfice
Salle Wilfrid-Pelletier, Place des Arts
Le 6 décembre 2009 à 14 h

Le Gala sera précédé de l'intronisation, à titre posthume,
au Panthéon canadien de l'art lyrique
du père Fernand Lindsay, csv

30 AIRS POUR NOS 30 ANS
et les gagnants d'Apéro à l'opéra

Montréal, le mardi 17 novembre 2009 – L'Opéra de Montréal est fier de pouvoir se donner des airs… et les offrir à son public friand de belles et grandes voix! Pour souligner ses 30 ans, la compagnie met au programme pas moins de 30 airs choisis du répertoire lyrique parmi les préférés du public lors de la 14e édition du Gala bénéfice de l'Opéra de Montréal, sous la présidence d'honneur de madame Jacqueline Desmarais. Le Gala fera également entendre les gagnants du projet Apéro à l'opéra pour la première fois sur notre scène. Il sera capté par Espace musique, diffuseur officiel, pour diffusion ultérieure sur les ondes d'Espace musique et de la webradio d'Espace classique de Radio-Canada et fera l'objet d'un coffret double sous étiquette ATMA Classique.


Événement toujours très attendu du public, le Gala se tiendra le dimanche 6 décembre 2009 à 14 h à la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts, en présence de 25 artistes lyriques canadiens. Alain Trudel dirigera l'Orchestre Métropolitain ainsi que le Chœur de l'Opéra de Montréal. Un hommage posthume sera rendu à cette occasion au père Fernand Lindsay, csv.

Ce rendez-vous des amoureux du chant offrira un florilège des plus grands airs d'opéra, duos et ensembles choisis du répertoire opératique parmi les favoris du public. Les plus belles voix d'ici, des habitués de notre scène à de nouveaux artistes, incluant des talents lyriques de la relève québécoise, fouleront la scène dans la peau des personnages vibrants que le talent des grands compositeurs a animés. Parmi les compositeurs au programme : Verdi, Wagner, Mozart, Puccini, Donizetti, Strauss, Massenet, Gounod, Leoncavallo, Gershwin, Tchaikovski, Handel…

Les artistes présents cette année : Phillip Addis, Pascale Beaudin, Antoine Bélanger, Caroline Bleau, Layla Claire, Gianna Corbisiero, Gregory Dahl, Étienne Dupuis, Aaron Ferguson, Marianne Fiset, Lyne Fortin, Simon Gfeller, Marc Hervieux, Randall Jakobsh, Aline Kutan, Marianne Lambert, Gaétan Laperrière, Marie-Josée Lord, Stephanie Marshall, Allyson McHardy, Aaron St. Clair Nicholson, Raphaëlle Paquette, Annamaria Popescu, Nora Sourouzian, Alexandre Sylvestre, et les gagnants du projet Apéro à l'opéra.

Maestro Alain Trudel dirigera le Chœur de l'Opéra de Montréal et l'Orchestre Métropolitain. Alain Trudel jouit d'une réputation de musicien hors-pair. Chef titulaire du CBC Radio Orchestra et principal chef invité du Victoria Symphony Orchestra, il est également le chef du Toronto Symphony Youth Orchestra, en plus d'être directeur musical et chef de l'Orchestre symphonique de Laval. Il a été invité à diriger de nombreux orchestres ici et ailleurs, parmi lesquels le Toronto Symphony Orchestra, le Vancouver Symphony Orchestra, l'orchestre du Centre National des Arts, Les Violons du Roy, l'Orchestre Métropolitain, le City Chamber Orchestra of Hong Kong, l'Orquestra Sinfonica de Guatemala, le Tokyo Metropolitan Chamber Orchestra, le Northern Sinfonia au Royaume-Uni et l'Orchestre de Saint-Pétersbourg. Dernière présence à l'OdM : La flûte enchantée (novembre 2009).


Intronisation au Panthéon canadien de l'art lyrique

Le Gala rend un hommage vibrant à une personnalité lyrique qui a marqué le monde de l'opéra au Canada. Cette année, les honneurs reviendront, à titre posthume, au père Fernand Lindsay, csv, qui sera intronisé au Panthéon canadien de l'art lyrique de l'Opéra de Montréal, rejoignant les 51 membres intronisés à ce jour, et soulignant ainsi son talent et son grand rayonnement sur la scène nationale et internationale.

PÈRE FERNAND LINDSAY

Fernand Lindsay naît à Trois-Pistoles en 1928, dans une famille où la culture tient une place de choix. Le jeune Fernand débute l'apprentissage du piano à l'âge de 5 ans et touche l'orgue dès l'âge de 10 ans. C'est en captant des émissions de musique classique sur le poste de radio familial qu'il découvre un univers fascinant, la passion de toute une vie. Après des études au Séminaire de Rimouski où il se met à l'étude de la clarinette et se joint à l'orchestre du collège, il suit les conseils de son oncle Georges Lindsay, organiste à la Cathédrale de Montréal et directeur du Conservatoire de Chicoutimi qui lui suggère de poursuivre ses études au Séminaire de Joliette; l'institution représentera pour lui une école de rêve pour tout musicien aspirant à une carrière professionnelle.

La Société des concerts et la Société des amis du Séminaire donneront l'occasion à Fernand Lindsay d'entendre des solistes de réputation internationale dont Pierrette Alarie et le célèbre ténor italien Tito Schipa. Le Séminaire de Joliette, en raison de la présence des Clercs de Saint-Viateur, est un milieu propice à la découverte et à l'exploration de la culture sous toutes ses formes. Pour s'assurer une place au sein de l'orchestre du Séminaire, Fernand étudie aussi le basson et perfectionne sa technique à Montréal auprès de Louis Letellier, membre de l'orchestre de la NBC dirigé alors par l'illustre Arturo Toscanini.

Passionné de musique, il est aussi un ardent sportif. Fernand et son frère s'adonnent à la pratique du hockey, mais excellent vraiment au tennis.

Jamais Fernand Lindsay n'a songé à faire carrière dans la musique. Sa mission sera plutôt d'en apprécier l'écoute pour pouvoir ensuite mieux la partager avec d'autres. Suivant l'exemple de ses maîtres il choisit de devenir Clerc de Saint-Viateur. « Ces professeurs avaient déjà créé une tradition, avoue-t-il, j'ai tout simplement voulu poursuivre ce qu'ils avaient commencé ». Il est ordonné prêtre en 1953 et se voue principalement à l'enseignement. Qu'il s'agisse du français, du latin, de l'histoire, de la philosophie ou de la littérature musicale, le père Lindsay s'y adonne en pédagogue passionné. Animateur inspiré, il fonde le Club Bartok dans le but d'initier les pensionnaires à la musique classique.

En 1963, après 10 ans d'enseignement et une licence en philosophie, la communauté propose au père Lindsay de se spécialiser à Paris, à la Sorbonne. Avant le début de ses études, il dispose de trois mois qu'il met à profit en faisant une tournée des festivals de musique. Il va à Salzbourg où il vit, selon ses propres mots « le choc de sa vie » lorsqu'il assiste à des représentations de La flûte enchantée, de Cosi fan tutte et du Chevalier à la rose. Quelques jours plus tard, à Bayreuth, il se plonge dans l'univers wagnérien où il assiste aux représentations de Parsifal, des Maîtres chanteurs de Nuremberg et la tétralogie. Puis suivront des voyages à Munich et à Vienne. Ce périple musical laisse des traces profondes chez ce jeune homme de 35 ans. Déjà directeur des Jeunesses musicales de Joliette depuis 57, il rêve que ce programme se prolonge par une série de concerts. Il devra attendre 12 ans avant que prenne naissance l'embryon de ce qui deviendra un jour le Festival international de Lanaudière. Il fonde le camp musical de Lanaudière en 1967 pour récompenser les gagnants du Festival-Concours de Musique institué en 1962. Le Festival international de Lanaudière, quant à lui, est officiellement fondé en 1977 ; il en sera le Directeur artistique jusqu'à la fin de sa vie. La suite d'artistes de réputation internationale à avoir participé au festival est impressionnante. Une programmation de qualité aura permis aux mélomanes de voir et d'entendre les James Morris, Cecilia Bartoli, Wilhelmenia Fernandez, Renata Scotto, Karita Mattila, Dimitri Hvorostovsky, et Gwyneth Jones pour ne citer que ceux-là.

Le père Fernand Lindsay aura pendant plus de 40 ans contribué à faire de la région de Joliette une capitale musicale. Son histoire est celle d'un homme qui s'est donné pour mission de promouvoir la musique, de la faire découvrir et d'en assurer le rayonnement. Ses qualités de pédagogue et de visionnaire sont un exemple pour nous tous. Fier de ses nombreuses réussites, le père Lindsay a néanmoins conservé une attitude humble face à son grand succès. Combiner modestie, simplicité, générosité, détermination et réussite en auront fait un être extraordinaire, un géant de la musique au Québec et un ambassadeur culturel de la plus haute tenue.

« La musique est une des plus belles choses qui soit. Voilà peut-être, disait-il, le vrai visage de Dieu. »

Opéra de Montréal
Le Gala – 14e édition
Dimanche 6 décembre 2009 à 14 h
Salle Wilfrid-Pelletier – Place des Arts
25 chanteurs, le Chœur de l'Opéra de Montréal et l'Orchestre Métropolitain,
sous la direction d'Alain Trudel.
précédé de l'intronisation au Panthéon canadien de l'art lyrique du père Fernand Lindsay, csv.
Billets : 49 $, 76 $, 106 $, 136 $ + (taxes et redevance comprises)
Billetterie PdA : (514) 842-2112

500 VIP* - CONTACTER MONIQUE DENIS : 985.2222, poste 2221
*un reçu de charité est remis

Production à venir : Tosca de Puccini
Production 30e anniversaire
Le 30 janvier et les 3, 6, 8, 11 février 2010 à 20 h et 13 février 2010 à 14 h
Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts.
Paul Nadler dirige l'Orchestre métropolitain

Labels:

0 Comments:

Post a Comment

Subscribe to Post Comments [Atom]



<$I18N$LinksToThisPost>:

Create a Link

<< Home