LSM Newswire

Tuesday, December 1, 2009

Prochain concert du Club musical de Québec, le 7 décembre

Concert de Noël
avec
la merveilleuse contralto Marie-Nicole Lemieux
et le réputé ensemble Handel and Haydn Society,
au Club musical de Québec, le 7 décembre

À l'approche de la fête de Noël, le CLUB MUSICAL DE QUÉBEC présente la merveilleuse contralto québécoise Marie-Nicole Lemieux accompagnée par le réputé ensemble Handel and Haydn Society sous la direction de John Finney, le lundi 7 décembre à 20 heures, à la Salle Louis-Fréchette du Grand Théâtre de Québec. Ce concert est enregistré par Espace musique, la radio musicale de Radio-Canada 95,3 FM.

La voix est probablement l'instrument le plus noble, le plus naturel. Celle de Marie-Nicole Lemieux se déguste tel un vin capiteux et boisé. Spécialisé dans le répertoire baroque et classique, l'ensemble américain Handel & Haydn Society dirigé par John Finney lui donnera la réplique pour un concert unique spécialement conçu pour le Club.

Au programme :
Torelli : Concerto a 4 en sol mineur, opus 8 no 6
Haendel : Messiah (extraits)
Aria : « O thou that tellest good tidings to Zion »
Aria: « How beautiful are the feet of them »
Sammartini : Concerto grosso en sol mineur, opus 5 no 6
Scarlatti, D. : Salve Regina
Corelli : Concerto grosso en sol mineur « de Noël », opus 8 no 6
Bach : Oratorio de Noël (extrait) BWV 248
« Bereite dich, Zion »
Bach : Cantate no 170 « Vergnügte Ruh, beliebte Seelenlust » (extrait)
Aria : « Vergnügte Ruh, beliebte Seelenlust »
Choix de cantiques de Noël

Encore cette saison, les plus GRANDS se succèdent au Club musical de Québec, dans ce concert avec la contralto Marie-Nicole Lemieux et l'ensemble Handel and Haydn Society dirigé par John Finney, le 7 décembre, au Grand Théâtre de Québec.

Il reste encore quelques bonnes places pour ce concert. Les billets sont en vente à la billetterie du Grand Théâtre de Québec, en composant le 643-8131 ou 1-877-643-8131 ou encore dans le réseau BILLETECH (billetech.com).

Marie-Nicole Lemieux
Contralto

En 2000, à l'âge de 24 ans, la contralto Marie-Nicole Lemieux devient la première Canadienne à remporter le Prix de la Reine Fabiola (1er prix) ainsi que le Prix spécial du Lied au Concours musical international Reine Élisabeth de Belgique. Depuis, on ne cesse d'admirer sa musicalité innée ainsi que le timbre chaud et velouté de sa voix, instrument qu'elle utilise avec un naturel désarmant et une virtuosité époustouflante. C'est ce talent sans commune mesure qui lui permet de mener de front une carrière internationale autant à l'opéra qu'au récital ou comme soliste avec orchestre.

Parmi les ensembles avec lesquels elle a chanté, on compte les orchestres philharmoniques de Radio-France, de Saint-Pétersbourg, de Rotterdam, de Londres, les orchestres symphoniques de la Monnaie, de Singapour, de Montréal, de Québec, de Toronto, d'Edmonton, ainsi que l'Orchestre national de France, l'Orchestre du Capitole de Toulouse, l'Orchestre du Centre National des Arts, The Academy of Ancient Music, Les Musiciens du Louvre, le Deutsches Symphonie Orchester Berlin, l'Ensemble Matheus, Les Violons du Roy, l'Ensemble orchestral de Paris, l'ensemble Modo Antiquo et le Tafelmusik Baroque Orchestra. Le prestige de ces ensembles n'a d'égal que ceux des chefs qu'elle a côtoyés : Charles Dutoit, Bernard Haitink, Kurt Masur, Sir Neville Marriner, Marc Minkowski, Sir Simon Rattle, Kent Nagano, Michel Plasson et bien d'autres.

Sur scène, elle incarne avec fougue les grands rôles de l'opéra. De Il Ritorno d'Ulisse de Monterverdi à Pelléas et Mélisande de Debussy, en passant par Rodelinda de Handel, Falstaff de Verdi, Faust de Gounod et Götterdämmerung de Wagner, l'étendue de son répertoire couvre plusieurs siècles. Ayant enregistré sous différents labels (Deutsche Grammophon, Virgin Classics, Analekta, Dorian, Cyprès), elle est maintenant liée par un contrat d'exclusivité avec l'étiquette française Naïve avec laquelle elle a enregistré deux opéras de Vivaldi (Griselda et Orlando Furioso), L'heure exquise — un récital de mélodies françaises — et le plus récent, contenant des œuvres sacrées de Vivaldi, dont on a loué la « rare élégance » (Musicologie.org). Ces multiples enregistrements lui ont valu quelques prix, dont le prix du « Meilleur enregistrement de l'année » aux Victoires de la Musique classique en 2005, un Prix Juno et un Prix Opus.

Récemment, le critique Claude Gingras vantait son « jeu d'une étonnante efficacité » (La Presse, 28 septembre 2009) lors de sa participation à Gianni Schicchi de Puccini à l'Opéra de Montréal dans lequel elle tenait le rôle de la marâtre Zita.

John Finney, chef d'orchestre

Le chef bostonnais John Finney est reconnu comme un musicien polyvalent d'une grande vitalité. Depuis 1987, il est à la tête de la Heritage Chorale à Framingham, au Massachussetts, qu'il dirige dans les grandes œuvres chorales telles que l'oratorio Elijah de Mendelssohn et la Missa di Requiem de Verdi. Il est également directeur de la University Chorale du Boston College depuis 1993 avec laquelle il a effectué plusieurs tournées à New York, Dublin, Prague, Vienne et Rome. Maestro Finney a notamment été nommé chef attitré du Boston College Symphony Orchestra ainsi qu'artiste en résidence émérite de l'établissement. Il occupe aussi le poste de directeur de la musique à la Wellesley Hills Congregational Church.

L'année 1990 marque son entrée à la Haydn and Handel Society alors qu'il en devient le chef de chœur. Deux ans plus tard, il est nommé chef associé de l'ensemble orchestral qu'il dirige à de multiples reprises dans le Messie de Handel, entre autres.

John Finney est aussi réputé pour son jeu à l'orgue et au clavecin. Il est diplômé en orgue du Oberlin College Conservatory of Music et du Boston Conservatory, où il enseigne maintenant. Ses talents de pédagogue sont aussi régulièrement sollicités par l'Académie de musique ancienne de Bressanone en Italie.

Handel and Haydn Society

L'ensemble Handel and Haydn Society s'est donné comme but d'interpréter le répertoire des époques baroque et classique sur instruments d'époque tout en recherchant la plus grande qualité d'exécution possible. Étant à l'origine un regroupement choral, l'ensemble a été fondé en 1815 par un groupe de marchands de Boston, ce qui en fait l'un des plus anciens ensembles encore en activité aux États-Unis. Depuis ses débuts, la Handel and Haydn Society maintient une tradition d'innovation, accomplissant les créations américaines du Messie de Händel (1818), de la Création de Haydn (1819), du Requiem de Verdi (1878) et de la Messe en si de Bach (1887). Tout au long de son histoire, l'organisation s'est fait un devoir de faire connaître les grand chefs-d'œuvre et leur plus éminents interprètes aux collectivités, tout en établissant des standards de référence dans le domaine de la musique chorale et orchestrale.

Labels: ,

0 Comments:

Post a Comment

Subscribe to Post Comments [Atom]



<$I18N$LinksToThisPost>:

Create a Link

<< Home