LSM Newswire

Tuesday, May 6, 2014

Soprano Sharon Azrieli Perez donnera la première mondiale de The Esther Diaries



Nouveau cycle de mélodies du compositeur canadien Haralabos Stafylakis 
Une projection du récit intérieur de la reine de Perse de l’Ancien Testament 

BORIS BROTT, chef d’orchestre 
ORCHESTRE DE CHAMBRE McGILL 
ROGER SINHA, danseur 
Mardi le 10 juin à 19 h 30 à la Maison Symphonique de Montréal 

 Montréal, 1 mai 2014 - Dotée d’un riche soprano spinto ayant séduit critique et public du monde entier, Sharon Azrieli Perez deviendra Esther, reine de Perse, personnage biblique emblématique, dans un puissant nouveau cycle de mélodies pour soprano, piano et orchestre du jeune compositeur canadien Haralabos Stafylakis, sur un livret original d’Ellen Frankel. The Esther Diaries fera partie du concert Klez-Kabaret, de l’Orchestre de chambre McGill dirigé par Boris Brott, qui se tiendra mardi, le 10 juin 19 h 30 à la Maison Symphonique de Montréal. Le concert met aussi en lumière le groupe Magillah et la création de Tur Malka d’Henri Oppenheim. Pour plus d’information sur le programme du concert, prière de visiter le www.ocm-mco.org.


Azrieli Perez a commandé cette nouvelle oeuvre, tirée du Livre d’Esther de l’Ancien Testament (Magillat Esther), lu à voix haute en grande pompe lors du festival juif de Pourim. Elle raconte l’histoire vraie d’une orpheline devenue reine de Perse, ayant utilisé sa puissance pour sauver son peuple du génocide. Ce récit à la première personne déplace la narration afin d’explorer la psychologie profonde du personnage d’Esther. Il est intéressant de noter que, contrairement à la plupart des textes bibliques, des individus sont salués ici pour avoir sauvé le peuple juif et non Dieu. « C’est presque un thriller psychologique, commente Mme Azrieli Perez, avec Esther en puissante héroïne en son centre. Nous espérons que tous ceux qui entendront l’oeuvre connaîtront pendant un instant en eux-mêmes un sentiment de pouvoir, trouveront leur propre Esther. » 
Le danseur contemporain Roger Sinha ajoutera une dimension supplémentaire passionnante au propos. Tout au long de l’oeuvre, il interprétera le rôle du scribe auquel Esther confie son journal. 
Infléchie de tonalités orientales et portée par une instrumentation évocatrice, la partition de Haralabos [Harry] Stafylakis transportera l’auditeur en Perse au temps des harems et des rois, à travers l’utilisation de modes des lectures traditionnelles du Magillah. Parmi les huit mouvements, on retrouve une « Journée au 
marché » atmosphérique, dans laquelle les rythmes staccatos rapides évoquent le ravissement d’Esther quand elle sent les épices autour d’elle. Dans « Au coeur de la Perse », la musique devient sombre et majestueuse, alors qu’Esther commence à comprendre son rôle au sein du peuple juif. La dramatique et instrumentale « Heure du Jugement » met en lumière un martèlement menaçant et militant du tambourin et des silences pensifs, menant le tout finalement à « Délivrance » – un miracle, alors qu’Esther réfléchit au coût de la liberté –, apportant aussi bien soulagement que remords. 
SHARON AZRIELI PEREZ a chanté, aussi bien à l’opéra qu’au concert, un peu partout, de New York à Tokyo et de Paris à Tel-Aviv. Saluée pour « sa voix absolument ravissante, pleine d’émotion » (Ha’aretz), Mme Azrieli Perez est une spécialiste des opéras de Giuseppe Verdi et considérée une vraie Verdiana quand elle incarne des rôles tels ceux d’Aida et de Leonora (dans Il trovatore). Disposant d’un instrument rare, qui peut rendre aussi bien les exigences stylistiques du chant sacré que du répertoire opératique, elle est reconnue pour ses interprétations de musique sur des thèmes juifs. Merci de visiter le sharonazrieli.com. 

Billets & information: www.ocm-mco.org et placedesarts.com 


RELATIONS MÉDIA : shira@shiragilbertPR.com 514.585.3868 www.shiragilbertPR.com 

Labels: ,

0 Comments:

Post a Comment

Subscribe to Post Comments [Atom]



<$I18N$LinksToThisPost>:

Create a Link

<< Home