LSM Newswire

Tuesday, September 16, 2014

Le Centre national des Arts du Canada présente l’Orchestre du CNAS de Chine

 12 septembre 2014 … L’Orchestre du CNAS de Chine, basé à Beijing, et son chef principal Lü Jia présentent un programme fascinant et haut en couleur à la Maison Symphonique de Montréal le jeudi 13 novembre, pour conclure la toute première tournée de l’ensemble en Amérique du Nord après des escales à Toronto (Koerner Hall), Ottawa (Centre national des Arts du Canada), Philadelphie (Kimmel Center), Washington DC (Kennedy Center), Chicago (Symphony Center) et l’Alice Tully Hall du Lincoln Center de New York. Mis sur pied en 2010, l’orchestre résident du Centre national des arts de la scène (CNAS) de Chine s’est vite taillé une place de choix parmi les orchestres les plus énergiques et aventureux du pays. Le concert de Montréal offrira un mélange harmonieux de traditions orientales et occidentales, avec un programme qui comprend notamment le concerto pour violon Les amants papillons de He Zhanhao et Chen Gang interprété par le brillant violoniste Lu Siqing. Basé sur une histoire d’amour tragique dans la veine de Roméo et Juliette que toutes les familles chinoises connaissent, le concerto Les amants papillons est largement reconnu comme l’une des oeuvres de musique classique chinoises les plus importantes du 20e siècle. Au même programme, on entendra aussi Wu Xing (Cinq éléments) de Chen Qigang, et la Symphonie no 8 en sol majeur de Dvořák.
Le Centre national des Arts du Canada est heureux de présenter la première tournée canadienne de l’Orchestre du Centre national des arts de la scène de Chine à Ottawa, Toronto et Montréal, avec le généreux appui de la Financière Manuvie, Commanditaire présentateur de la tournée au Canada de l’Orchestre du CNAS de Chine.

 Cette collaboration est le prolongement du partenariat établi entre les deux organisations artistiques nationales, à la suite de la tournée de 18 jours de l’Orchestre du CNA en Chine, la toute première de l’histoire de l’orchestre canadien dans ce pays, qui l’a amené à se produire au CNAS de Beijing en octobre dernier.
Reconnu comme l’un des plus grands violonistes chinois de sa génération, Lu Siqing est associé de près aux Amants papillons, une oeuvre qu’il a enregistrée quatre fois – des enregistrements qui se sont écoulés, au total, à plus d’un million d’exemplaires dans le monde. À la suite d’une interprétation du concerto par Lu Siqing diffusée sur ses ondes, la Télévision centrale de Chine a déclaré que l’oeuvre était « un succès national », saluant le « jeu flamboyant » du violoniste. Écrit en 1958 par He Zhanhao et Chen Gang, le concerto fait la synthèse de l’Orient et de l’Occident, avec des mélodies fortement imprégnées des traditions de l’opéra chinois. La partie de violon solo évoque l’erhu, sorte de violon chinois à deux cordes. Issue du folklore chinois, l’histoire des Amants papillons est celle des amours contrariées de Liang Shanbo et Zhu Yingtai, deux jeunes amants qui meurent de désespoir après que le père de Zhu ait refusé de consentir à leur union. Placés ensemble dans la même tombe, ils en ressortent sous forme de papillons et prennent leur envol, unis à jamais.
OEuvre énergique de l’un des compositeurs chinois les plus en vue d’aujourd’hui, la suite pour orchestre Wu Xing (Cinq éléments) (1999) de Chen Qigang illustre le grand rêve, cher à Olivier Messiaen, d’un « parfait mélange de l’émotion philosophique orientale et de l’expression musicale occidentale ». Commandée par Radio France, cette composition évoque les « cinq éléments » – l’eau, le bois, le feu, la terre et le métal – en ayant recours à différents modes et techniques d’expression musicale. L’Orchestre du CNAS de Chine conclura le concert avec l’allègre Symphonie no 8 en sol majeur de Dvořák, oeuvre empreinte de spontanéité qui regorge de mélodies folkloriques envoûtantes.
Orchestre résident du prestigieux Centre national des arts de la scène, situé à Beijing, l’Orchestre du CNAS de Chine regroupe de distingués musiciens du monde entier. L’ensemble se produit dans plus d’une dizaine d’opéras chaque année, en plus de présenter une saison complète de concerts symphoniques. En février 2012, Lü Jia a succédé à Chen Zuohuang, membre fondateur et actuel chef lauréat de l’orchestre, au poste de chef principal. L’Orchestre du CNAS de Chine retire une grande fierté de ses collaborations établies avec bon nombre des plus grands musiciens de notre temps, dont Christoph Eschenbach, Vladimir Ashkenazy, Valery Gergiev, Myung-Whun Chung, Gunter Herbig, Gilbert Varga, Lang Lang, Vadim Repin, Stephen Kovacevich, Leo Nucci, Yuja Wang et Han-Na Chang. Le regretté maestro Lorin Maazel vantait la rigueur, la passion et le souci d’excellence de l’orchestre. L’ensemble s’est signalé dans de nombreuses productions lyriques du CNAS de Chine, en particulier dans les céations chinoises, en 2012, de Der Fliegende Holländer et Lohengrin de Wagner. L’Orchestre du CNAS de Chine a aussi reçu de nombreuses accolades sur la scène internationale quand il a été invité au festival Kissingen Sommer et au Schleswig-Holstein Musik Festival, se produisant en concert à travers l’Allemagne sous les baguettes de Christoph Eschenbach et Chen Zuohuang, avant de donner un concert triomphal à l’Opéra de Sydney. La saison dernière, l’Orchestre du CNAS de Chine a commémoré l’année Wagner, Verdi et Britten (2013) à la faveur de plusieurs concerts, notamment Le « Ring » sans paroles, sous la direction de Lorin Maazel, dont la captation sur le vif a été publiée par Sony Music. Parmi les faits saillants de la saison 2014 de l’orchestre, mentionnons le Requiem de Verdi avec Myung-Whun Chung, la Symphonie no 1 de Mahler dirigée par Zubin Meta, ainsi que la Symphonie alpine, les Quatre derniers lieder et Also Sprach Zarathustra de Richard Strauss avec Antoni Witt, Gunter Herbig et Lü Jia, respectivement.

Né à Shanghai dans une famille de musiciens, Lü Jia étudie la direction d’orchestre au Conservatoire central de musique à Beijing sous la houlette de l’éminente chef d’orchestre Zheng Xiaoying, avant d’aller poursuivre sa formation à Berlin. En 1989, à 24 ans, il remporte le Premier prix et le Prix du jury au Concours international de direction d’orchestre Antonio Pedeotti à Trente, en Italie. À ce jour, il a dirigé plus de 2 000 concerts et opéras en Europe et dans les Amériques. Il s’est produit dans des salles d’opéra aussi prestigieuses que le Bayersiche Staatsoper de Munich, le Deutsche Oper Berlin et La Scala de Milan, de même qu’avec de grands orchestres dont le Royal Concertgebouw, l’Orchestre symphonique de Chicago, les orchestres philharmoniques de Munich et d’Oslo, l’Orchestre symphonique de la Radio finlandaise, l’Orchestre symphonique de la Radio de Hambourg, l’Orchestre symphonique de Sydney et bien d’autres. Avant de renter en Chine en 2012, il a oeuvré comme chef principal et directeur artistique de l’Orchestre symphonique de Tenerife, en Espagne, et directeur musical de l’Opéra de Vérone et du festival Arena di Verona, en Italie.
Loué par le magazine The Strad comme « un talent hors du commun », Lu Siqing (prononcer Si-Tching) devient, en 1987, le premier violoniste asiatique à remporter le prestigieux Concours international de violon Paganini en Italie. Il se produit ensuite dans plus de trente pays à travers l’Amérique du Nord et du Sud, l’Europe et l’Asie, apparaissant dans les plus grandes salles de concert du monde dont le Musikverein, le Hollywood Bowl, Wigmore Hall, le palais du Kremlin et Suntory Hall, et récoltant partout les plus grands succès. Au fil de sa remarquable carrière, il collabore avec bon nombre des plus célèbres musiciens de notre temps, pour ne mentionner que Lorin Maazel, Valery Gergiev, Edo de Waart, Vladimir Ashkenazy, Lawrence Foster, Jaap van Zweden, Osmo Vänskä, Long Yu, Jia Lu, Shao-Jia Lu et Jian-Wen Bin. Il se produit comme soliste invité avec les plus grands orchestres du monde, notamment le Royal Philharmonic Orchestra, l’Orchestre symphonique de Bilbao, l’Orchestre Sinfonietta de Paris, l’Orchestre de chambre de Salzbourg, l’Orchestre symphonique de Washington, l’ensemble Camerata de Toronto, l’Orchestre symphonique de Vancouver, l’Orchestre du Mariinsky, l’Orchestre national russe, l’Orchestre symphonique national de Chine et l’Orchestre symphonique national de Taiwan. Né en 1969 à Qingdao, Lu Siqing commence l’apprentissage du violon à quatre ans. À huit ans, il devient le plus jeune élève à faire son entrée au Conservatoire central de musique et à onze ans, il est choisi par Yehudi Menuhin pour étudier à son école à Londres. En 1984, il rentre en Chine afin de poursuivre des études supérieures au Conservatoire à Beijing, et cinq ans plus tard, il part étudier auprès de Dorothy DeLay et Hyo Kang à la Juilliard School of Music. Très remarqués, ses enregistrements sont disponibles sous les étiquettes Philips, Naxos et Marco Polo.
BILLETS : OSM.CA | 514 842-9951 | 1 888 842-9951

Labels: ,

0 Comments:

Post a Comment

Subscribe to Post Comments [Atom]



<$I18N$LinksToThisPost>:

Create a Link

<< Home